L'édito du président

Les gestionnaires des « Pêcheurs Chambériens » vous souhaitent une excellente année 2018, énergique, halieutique, du poisson à foison et de la joie … de la joie.

L’année 2018 est une année charnière pour les Pêcheurs Chambériens et les pêcheurs savoyards en général. Il n’y a plus qu’une carte de pêche pour un montant de 91 € donnant accès à l’ensemble du département (soit une réduction notoire pour ceux qui prenaient le départemental et une augmentation minime pour ceux qui se cantonnaient à notre territoire). 26 des 27 AAPPMA de Savoie ont souscrit à cette formule. De plus, toutes les cartes de pêche sont désormais délivrées via internet. Nous avons conservé notre réseau de dépositaires; ils vous vendront votre carte grâce au site www.cartedepeche.fr.

Pour cette année 2018, nous avons choisi de protéger les truites lacustres du lac du Bourget dans leur montaison comme leur dévalaison. Ainsi la Leysse du pont de Serbie jusqu’à son embouchure au lac est dorénavant en No Kill ! Nous pourrons pêcher les truites mais surtout ne pas les tuer. C’est l’avenir d’une population renaissante qui en dépend.
Nos 2 parcours  « 1 poisson » sont maintenus sur la Leysse et le Gargot afin que nous puissions faire monter l’adrénaline en capturant de belles truites.
Nous avons augmenté la taille de capture de la truite à 25 cm ou 30 cm sur certains secteurs (voir dépliant). Ceci pour que nos salmonidés se soient reproduits au moins 1 fois avant d’être prélevés.
Nous sommes également en réflexion pour faire évoluer le quota de capture des salmonidés sur le lac du Bourget.
Et puisqu’il faut une ombre au tableau pour cette nouvelle année, nous avons engagé la lutte afin qu’une microcentrale électrique sur la Doria ne puisse voir le jour à Saint-Alban-Leysse. L’écosystème déjà très fragilisé du bassin versant de la Leysse serait gravement impacté si, sur 1,2 km la Doria se retrouvait dans une conduite forcée… Il nous faudra tout tenter. Nous sommes le dernier rempart avant l’exécution d’une partie de notre patrimoine, les derniers défenseurs d’une nature déjà bien abimée.

Nous restons optimistes malgré tout, l’espoir étant souvent le crédo des pêcheurs.