Chantier de la Leysse : la promesse d’un beau parcours de pêche

Chantier de la Leysse : la promesse d’un beau parcours de pêche

Les Pêcheurs chambériens et La Fédération de pêche de Savoie suivent régulièrement ce chantier titanesque qui nous concerne au plus haut point en tant que pêcheurs. Si l’objectif premier de ces travaux est la protection contre les crues et la réfection des digues, passant ainsi par l’abattage de nombreux arbres qui menaçaient celles-ci, d’ici quelques années la population piscicole et les pêcheurs seront les premiers bénéficiaires des aménagements et des plantations qui ramèneront la végétation entre les digues.

Téléchargez la plaquette expliquant le chantier ici : plaquette 1 – plaquette 2

À terme, ces aménagements vont gommer l’effet de « canal » et redonner à la rivière plus de diversité des écoulements et de la végétation, favorisant ainsi l’habitat des populations piscicoles, du Pont de le Boisse à l’échangeur de l’autoroute A43, et ce malgré une pression urbaine très contraignante. À la fin de cette tranche de travaux, les sommes engagées au total se monteront à 17 millions d’euros. Au-delà des travaux à caractère technique (digues, conduites…), ce chantier aura permis une restauration écologique du milieu sur plus de 4,5 km de rivière au total, par la plantation de 1 000 arbres, 3 000 arbustes, 30 000 saules arbustifs et arborés, et de nombreux aménagements piscicoles.

Nous avons pu constater les premiers bienfaits des aménagements déjà réalisés durant la sècheresse de cet été. En centre-ville (devant Decitre) où le resserrement du lit assure une profondeur d’eau et un écoulement oxygéné sous un couvert naissant de saules, et au Pont des chèvres où les épis plantés de pieux de saules commencent déjà à faire leur oeuvre sur les granulats, creusant déjà des « fosses ». D’ici 3 ans, l’ombre des plantations viendra compléter ces ouvrages, contribuant à rendre la rivière bien plus fonctionnelle pour la population piscicole qu’elle ne l’était jusque-là.

Les Pêcheurs Chambériens vont aussi rencontrer le Cisalb pour envisager des aménagements pratiques pour l’accès et le cheminement des pêcheurs en action de pêche.
Si vous souhaitez suivre ou décrypter en détail ce chantier exemplaire qui devrait d’ici quelques années offrir un terrain de jeu exceptionnel pour pratiquer notre passion, visitez les liens ci-dessous :
> Le fil d’actualité du chantier sur le site du Cisalb
> Quelques chiffres en détail sur le site de Chambéry métropole

Les pêcheurs et la renouée du japon

Les pêcheurs et la renouée du japon

Originaire d’Asie, la renouée du Japon à été introduite en Europe au début du 19ème siècle pour ses qualités esthétiques, mais s’est vite échappée des jardins.
Dotée d’une forte capacité d’adaptation, y compris dans les milieux difficiles, elle a d’abord gagné des espaces en friche, puis colonisé les bords de routes et les berges des cours d’eau. Elle constitue aujourd’hui dans le monde entier une menace pour la biodiversité.

En premier lieu, la renouée du Japon élimine toute concurrence végétale et prive ainsi la faune locale de son habitat naturel. Très présente en bordure de cours d’eau, elle accélère l’érosion des berges. Enfin, elle uniformise les paysages, coupe les vues et empêche toute activité humaine dans les milieux qu’elle colonise (promenade, baignade, pêche, etc.). La méthode de lutte la plus efficace reste la prévention : il faut protéger les secteurs qui n’ont pas encore été colonisés.
En tant que pêcheurs arpentant les cours d’eau toute l’année, nous sommes parmis les mieux placés pour participer à la lutte contre celle-ci en signalant simplement l’apparition de nouveaux massifs de cette plante invasive. Le mieux à faire quand vous croiser un massif lors d’une partie de pêche est de ne surtout pas l’arracher (même en hiver lorsque les tiges sont mortes) ou le répandre, de localiser le massif sur le tracé du cours d’eau et de prendre contact avec les services en charge de traiter ce problème.

Si vous identifiez des massifs le long des rivières du bassin Chambérien ou pour toute question concernant ce problème, appelez la Direction de la gestion des cours d’eau et protection contre les crues de Chambéry métropole au 04 79 71 84 84 ou le Cisalb au 04 79 70 64 64.

Si vous souhaitez quelques précisions sur cette plante invasive, comment la reconnaître ou comment la faucher,
vous pouvez télécharger le document ci-dessous :
 
Guide CISALB renouée du japon

Sources : www.savoie.fr

Bilan de la matinée de nettoyage des cours d’eau

Bilan de la matinée de nettoyage des cours d’eau

Samedi 17 septembre, en compagnie de la brigade des services cours d’eau de Chambéry métropole, plus d’une trentaine de bénévoles présents se sont répartis en équipes de 3 à 4 personnes pour entreprendre le nettoyage de 9 kilomètres de rivières, sur des portions de La Leysse, La Mère et l’Albanne.

Quatre petites heures auront permis aux bénévoles bravant la pluie de retirer pas moins de 1120 kg de déchets :
– 40 kg de déchets recyclables (bouteilles en plastique, canettes en aluminium, cartons d’emballage…),
– 400 kg de matériaux recyclables destinés à la déchetterie (principalement de la ferraille et des encombrants : vélos, banquette de voitures, chariot de supermarché…),
– 160 kg de verre,
– 520 kg de déchets incinérables.

Un repas attendait les courageux bénévoles pour un moment convivial qui a clôturé l’événement. Merci à tous les participants à cette première collecte organisée en collaboration avec Chambéry métropole (avec qui nous ambitionnons de rééditer l’événement de manière plus ambitieuse l’année prochaine) et merci au service cours d’eau pour son organisation. Nous souhaitons organiser ce type de petites opérations « coup de poing » régulièrement en 2017, une première opération est prévue dans les semaines précédant l’ouverture de la truite au mois de mars.

De nouveaux projecteurs pour le port de la Maison des Pêcheurs

De nouveaux projecteurs pour le port de la Maison des Pêcheurs

Les éclairages du port de la Maison des Pêcheurs ont été remis au goût du jour. La consommation et l’entretien des anciens projecteurs éclairant le port à barques occasionnant des coûts de fonctionnement supérieurs à ce que la technologie actuelle nous permet, nous avons choisi de changer ces derniers pour des projecteurs à LED. Sur l’année, les performances et la durée de vie de ces projecteurs nous permettront des économies substantielles, pour un éclairage optimal. Un grand merci à nos bénévoles « éclairés » qui ont mené l’opération !

Inscriptions à la matinée nettoyage de la Leysse samedi 17 septembre

Inscriptions à la matinée nettoyage de la Leysse samedi 17 septembre

Cette demi journée de nettoyage, organisée en partenariat avec Chambéry métropole et le Lycée Sainte-Ambroise est une première pour nous. C’est l’occasion de mobiliser les pêcheurs pour entretenir les rivières, soutenus par les moyens de la communauté de communes. Nous n’ouvrons donc pas cette manifestation au grand public mais aux pêcheurs seuls et à leurs proches. Au vu du bilan de cette demi-journée, nous pourrons envisager une manifestation plus ambitieuse l’année prochaine, en début de saison, sur les cours d’eau de notre domaine, avec tous les usagers privilégiés de ceux-ci.
Le lycée Sainte-Ambroise, qui jusque-là menait cette opération avec le grand public, s’est proposé pour compléter les effectifs des pêcheurs afin d’atteindre les effectifs que nous ambitionnons, soit une cinquantaine de personnes pour remplir un bus de la STAC.
Alors si vous connaissez autour de vous des pêcheurs intéressés par une petite demi-journée de nettoyage, n’hésitez pas à leur transmettre ce formulaire et à les inviter à se joindre à nous :

Samedi 17 septembre 2016 (matinée)
Rendez-vous est fixé dès 8h au lycée Sainte-Ambroise

2 Rue Burdin, 73000 Chambéry

 Plan d’accès au rendez-vous

Afin de pouvoir organiser au mieux les équipes et leur transport sur site, merci de remplir le formulaire ci-dessous pour vous inscrire et nous préciser combien de personnes vous accompagneront ! Un pot d’accueil et un casse-croûte en fin de matinée, offerts par Chambéry métropole, vous attendent.

Merci de venir équipés de bottes et tenues de « jardinage », et de prévoir dans la mesure du possible une paire de gants et un gilet fluorescent.
Les caprices de la météo pouvant contrarier la tenue de cette demi-journée, cette inscription en ligne nous permettra de vous avertir en cas d’annulation de la manifestation deux jours avant !

Contact

 

Verification

NB. Ce formulaire ne fera l’objet d’aucune autre utilisation de votre adresse email que dans le cadre des communiqués de l’AAPPMA Les Pêcheurs Chambériens

Une première édition du salon de la chasse et de la pêche des 2 Savoie réussie

Une première édition du salon de la chasse et de la pêche des 2 Savoie réussie

Les 20 et 21 août 2016, la première édition du Salon de la chasse et de la pêche des 2 Savoie, organisé sur l’esplanade d’Aix-les-Bains, a connu un franc succès. Tout au long du week-end, les visiteurs de tous horizons sont venus nombreux découvrir cet évènement. Même si un grand nombre de stands étaient dédiés à la chasse, le monde de la pêche était très bien représenté, tout d’abord par les AAPPMA des Pêcheurs Chambériens et d’Aix-les-bains, mais aussi par plusieurs vendeurs de matériel de pêche. Les nombreuses animations ponctuant ces deux jours autour de la chasse et de la pêche (démonstration de chasse à cours, de chiens d’arrêt, défilé de chiens, démonstrations de pêche à la mouche…) ont su contenter toutes les curiosités, dans une ambiance générale amicale et très festive.

Les Pêcheurs Chambériens ont animé un stand sur lequel le simulateur de pêche, le bassin de pêche aux leurres et le montage de mouche ont rencontré un franc succès auprès des pêcheurs comme des simples curieux de tous âges. On pouvait aussi trouver sur ce stand un aquarium, de la documentation sur la pêche en Savoie, l’école de pêche et le domaine des Pêcheurs Chambériens, photos et vidéos, animation casting kids… Les bénévoles de l’AAPPMA ont pu compter sur la précieuse présence de membres du GPS pour les démonstration de montage de mouches et l’initiation à pêche à la mouche, le Club Nokilleurres 73 pour la présentation de matériel, l’initiation et la démonstration de pêche aux leurres (en bassin) et Jimmy Maistrello, guide de pêche.

Un grand merci à eux, à nos conseillers techniques et aux bénévoles qui se sont relayés durant ces deux jours, pour leur présence et l’ambiance joyeuse sur le stand ! Rendez-vous est pris l’année prochaine pour une manifestation bienvenue dans notre région, une initiative à saluer et à encourager !

Coupe de France Float tube par le Club NoKilleurres73

Coupe de France Float tube par le Club NoKilleurres73

Cette année, le Club NoKilleurres73 organise

les 3 & 4 septembre 2016

la coupe de France Float tube pour la FFPS carnassiers sur le lac du Bourget à Conjux, avec le soutien de la Mairie et du Comité des fêtes de Conjux. Cette compétition intégrera les manches du championnat de France Challenger et Pro-élite.

Plus d’informations sur : Nokilleurres73

nokilleurres73-float-tubebrocante-conjux

Les Pêcheurs Chambériens font leur Tour le 17 juillet !

Les Pêcheurs Chambériens font leur Tour le 17 juillet !

C’est une grande première : le monde de la pêche s’engage sur le Tour de France cycliste. La FNPF (Fédération Nationale de Pêche en France) rejoint la caravane du Tour de France, axant en partie son plan de  communication 2016 sur les routes dans le cadre de la plus grande course cycliste au monde.

Car, 13 millions de spectateurs, 2 000 journalistes, 90 chaînes de télévision pour diffuser dans 195 pays cet événement : c’est la 3ème plus importante manifestation sportive au monde après les Jeux Olympiques et la Coupe du Monde de Football. De plus, le Tour de France reflète l’activité de plein air, populaire, accessible, territoriale  et nationale. C’est une opportunité majeure pour faire découvrir au grand public le patrimoine aquatique, ses richesses mais aussi ses fragilités. La promotion de la pêche de loisir a sa place dans la caravane du Tour de France, c’est une excellente vitrine et notre communication sera réussie (43 % des spectateurs viennent pour la caravane). En Savoie, la Fédération de Pêche se mobilise sur 2 étapes phares le 17 juillet et le 22 juillet.

Les Pêcheurs Chambériens bénéficieront d’un traitement de faveur à savoir : le 17 juillet pour la montée du Grand Colombier, sur présentation de la carte de pêche des Pêcheurs Chambériens, un tee shirt « Génération Pêche » sera offert à nos adhérents et à leur famille. De plus, une navette gratuite (grâce à l’accréditation du véhicule de notre école de pêche) vous permettra de vous positionner dans le virage consacré aux pêcheurs. Pour tout cela, rendez-vous à partir de 7h30 sur le parking de Gédimat à Culoz.

Le lac du Bourget et son bassin versant  sont magnifiques depuis le Grand Colombier, c’est pour cette raison que les Pêcheurs Chambériens se positionneront dans la montée de ce col pour médiatiser une partie de notre territoire.

Une annonce irresponsable contre le bon état des cours d’eau et la biodiversité sous la pression des lobbies !

Hydroélectricité

une annonce irresponsable contre le bon état des cours d’eau et la biodiversité sous la pression des lobbies !

 

Alors que le projet de loi de reconquête de la biodiversité devrait être adopté avant l’été par le parlement, la ministre de l’Environnement  vient d’annoncer, en clôture de la conférence environnementale 2016, la construction de plus d’une centaine de petites centrales hydroélectriques.

Le flot ininterrompu de ces aménagements qui accable les cours d’eau depuis les années 1950, a conduit aujourd’hui à une implantation de près de 2000 unités à tel point qu’il n’existe pratiquement plus de rivière proche de l’état naturel dans notre pays, situation qui ne pourra qu’être aggravée par la vague annoncée.

C’est une décision catastrophique pour l’état des fleuves, rivières, et ruisseaux, et démagogique dans la mesure où l’énergie électrique qui serait produite, serait tellement faible que son impact sur les changements climatiques ne peut être que dérisoire.

Mais c’est aussi une décision incohérente car le changement climatique va réduire la production de ces petites unités, directement impactées par la diminution globale de la pluviométrie, l’allongement des étiages, et l’accroissement de la variabilité du débit des cours d’eau, dont la température s’élèvera.

Autant de facteurs défavorables qui se répercuteront sur la qualité de l’eau, sur le bon état de la biodiversité, et auxquels viendront s’ajouter les pertes de continuité occasionnées par ces nouveaux barrages qui vont limiter, voire supprimer, l’indispensable mobilité des espèces, cruciale pour leur adaptation à la dérive climatique.

Autre tare. Ces petites installations hydroélectriques seront situées prioritairement  en zones de montagne où l’on trouve, selon les critères de la Directive Cadre sur l’Eau, le peu de cours d’eau en « très bon état » qui subsistent, mais aussi les plus fragiles face au changement climatique. Elles vont être bien mal barrées…ces rivières !

Les pressions qui pèsent sur les cours d’eau et les menacent directement sont principalement la pollution diffuse, en majorité d’origine agricole (nitrates, phosphore, pesticides) et l’artificialisation du cours des rivières (prélèvements, réduction des débits, endiguement,) en particulier les ruptures de continuité écologiques induites par la présence de quelques 80 000 ouvrages de toute nature (canalisation, barrage et seuils).

La décision délibérée de la ministre menace directement l’atteinte du « bon état » des cours d’eau ; objectif assigné par la directive cadre européenne sur l’eau, alors même que notre pays accuse un retard préoccupant en la matière par rapport aux objectifs du Grenelle de l’environnement.

FNE et la FNPF regrettent cette décision irresponsable, prise pour satisfaire l’intérêt financier d’un lobby bien identifié qui s’agite dans tous les sens, et au détriment de l’environnement naturel de tous.

Jacques Pulou responsable de la politique de l’eau de la FRAPNA, et vice-Président du Comité de Bassin Rhône Méditerranée fait remarquer : « le niveau de rentabilité exceptionnelle de ces opérations pour quelques investisseurs est acquis au prix d’une contribution financière publique massive au travers d’un prix d’achat garanti complètement artificiel et déconnecté du prix du marché, ce qui rend la position économique de ces opérations particulièrement fragile. Rien ne justifie cette contribution financière publique pour une technologie inventée pour l’essentiel bien avant la dernière guerre mondiale et dont l’exploitation automatisée n’a qu’un très faible contenu en emplois. Ces fonds seraient mieux utilisés dans les efforts d’économies d’énergie. En ces temps de disette budgétaire on attendait mieux de la ministre ! »

Pour Bernard Rousseau responsable des politiques eaux de FNE, et administrateur de l’ONEMA : « l’avenir du parc hydraulique français se situe bien évidement dans sa meilleure insertion environnementale y compris par l’élimination d’unités obsolètes comme sur la Sélune, mais aussi dans son adaptation à l’injection massive d’électricité issue des sources renouvelables variables (éolien et photovoltaïque en particulier) dont le potentiel de croissance est porteur d’avenir.»

Pour Claude Roustan, président de la FNPF, « Ces annonces sont inopportunes à l’heure du vote de la loi de reconquête de la biodiversité et affecteront de manière irréversible l’état de notre patrimoine commun. Depuis l’arrêt du processus d’enlèvement des barrages de la Sélune, ce ministère arbitre contre l’intérêt général et notre patrimoine naturel ».

Ils rappellent que leurs fédérations sont favorables aux investissements qui sont complémentaires du développement  des énergies renouvelables et variables : comme ceux récemment engagés par EDF sur  les concessions hydroélectriques de La Bathie-Roselend, la Coche en Savoie, le Cheylas et Gavet en Isère, qui, pour un bilan environnemental positif, apporteront un supplément de 370 GWH dont 225 GWH de productible net hors pompage équivalent à plusieurs centaines de microcentrales et 168 MW de puissance de pointe indispensable à l’augmentation de la part d’électricité renouvelable : quand on prétend faire de l’hydroélectricité,  il faut le faire sérieusement, et pas avec des moulinettes sur des ruisseaux !

Cette décision de la ministre est contraire à ce qu’il faut faire pour les énergies renouvelables : un ministre peut subir la pression des lobbies mais sa liberté, et sa responsabilité, c’est aussi de prendre en compte l’avis des lanceurs d’alertes !

télécharger le communiqué en version pdf

 

 

 

Résultats du concours « jeunes » au plan d’eau de Challes-les-Eaux

Résultats du concours « jeunes » au plan d’eau de Challes-les-Eaux

Samedi 30 avril au petit matin, 72 enfants de moins de 16 ans et de nombreux parents étaient dans les starting-blocks sur les berges du plan d’eau de Challes-les-Eaux pour participer au concours de pêche à la truite des moins de 16 ans, organisé tous les ans par les Pêcheurs Chambériens. Au coup de sifflet du garde, c’est dans les meilleures conditions météorologiques que les enfants ont pu se mesurer aux truites arc-en-ciel lâchées pour l’occasion. Tout cela dans la bonne humeur générale, mais avec beaucoup de sérieux et de concentration  tout de même ! Les eaux calmes du plan d’eau se sont alors rapidement couvertes de buldos, bombettes et autres flotteurs. Comme toujours, des poissons ont été pris rapidement puis la pêche est  s’est durcie et se sont alors les plus malins qui ont réussi à sortir leur épingle du jeu. Au final, après quelques ratés, une poignée de « salades » et de nombreuses prises, tout le monde s’est retrouvé à la pesée, puis à la lecture du classement général et à la remise des prix.

Au terme de cette matinée, 178 poissons ont été capturés. 15 enfants ont « fait le plein » avec 4 prises, 13 enfants avec 3 prises, 5 avec 2 prises, 12 avec 1 prise et 22 « bredouilles ». Suite à l’annonce de ces résultats, tous les participants ont pu retirer leurs lots avant de partager un petit moment de convivialité et d’échanges  autour d’un verre de l’amitié. Une belle photo de groupe de tous ces pêcheurs en herbe est venu immortalisée cette belle matinée, sous l’œil de parents ravis.
Cette édition du concours jeunes au plan d’eau de Challes-les-Eaux a vu un nouveau record d’affluence. Cela nous conforte dans l’idée que de tels événements sont essentiels dans la vie de l’AAPPMA et nous pousse à envisager de les multiplier, ou au moins de continuer à les porter et à les faire grandir pour le plaisir de tous et pour l’avenir du monde la pêche !

concours-jeunes-challes-pecheurs-chamberiens-1
concours-jeunes-challes-pecheurs-chamberiens-2